Pages

Follow by Email

mercredi 27 août 2014

Arbuste de l'année 2014


Si on pouvait élire l'arbuste de l'année, c'est, sans contestation possible, l'hydrangea qui gagnerait. Du moins, dans mon jardin...

Je veux surtout parler des macrophylla qui, pour moi, sont les plus beaux mais aussi les plus difficiles à faire fleurir dans ma région très froide et très humide.

Il en est un qui tire son épingle du jeu : c'est un inconnu acheté chez un fleuriste avant même que j'envisage un jour de jardiner. Il est dans le jardin depuis 9 ans. Le voici :

14/06/2014


le 30 juin, en association avec des fleurs d'alchémille




Sa floraison est fidèle au rendez-vous de chaque été, quel que soit l'hiver qu'il a dû endurer.

On ne peut pas en dire autant des autres! 
Il y a ceux qui donnent une ou deux fleurs par saison, Endless Sommer, par exemple.
Hydrangea Endless Summer (en 2013), dans l'arrondi formé par le buis
 Il a pourtant bonne réputation puisqu'il fleurit sur l'ancien bois et sur le bois de l'année. Pourtant, regardez sur cette photo : il est là, à droite,dans l'arrondi formé par la haie de buis. On voit surtout du feuillage et on compte à tout casser 2 ou 3 fleurs. Derrière lui, on peut apercevoir l'inconnu bien florifère dont je viens de parler.
Cette année, après la douceur exceptionnelle de l'hiver, il s'en donne à coeur joie et c'est un vrai plaisir!

17/07/14
J'adore l'association des couleurs avec le feuillage de l'eupatoire chocolat




Même de loin, il illumine le parterre :



  Celui-ci, je ne l'avais JAMAIS vu en fleur : cette année, j'ai deux fleurs! Et je vois enfin sa couleur apparaître peu à peu. C'est un bi-color acheté par correspondance chez Bakker, mais dont le nom est inconnu. Je me demande si ce n'est pas de la famille des hovaria...


Approchons-nous un peu, car là,on ne distingue pas vraiment ...



En quelques jours, les couleurs se précisent


25 juillet, début du déclin


J'en ai planté sur le côté nord-ouest de la maison, afin de leur éviter le soleil du matin, nuisible au printemps lorsque les boutons floreaux risquent d être brûlés par le gel. Même là, plantés dans le gravier, j'en ai perdus.
Mais, cette année, ils sont en pleine forme.
Blaumeise






Même en fanant, il est beau!


Son voisin de pallier : Lanarth White






Dans le fond du jardin, il y a celui-ci, dont j'ai oublié le nom et planté depuis le tout début du jardin en 2005, j'ai failli le perdre plusieurs fois et il est chaque fois reparti de la base, mais je n'obtiens pas de floraison - ou si peu - chaque année. Je ne l'ai jamais vu aussi beau que cet été :

30/06/14

13/07/2014
 Et, plus en détail :




Je vous montre aussi ce Teller Blue que je possède également depuis 2005. Il est assez fidèle, mais il était quand même plus beau cette année.

Quand je vois ça, j'ai presque envie d'en acheter d'autres! Mais, non, douce naïve... tu ne sais pas ce qui t'attend durant l'hiver 2015!!! Contente-toi des paniculata, bien plus solides (mais moins jolis!) et tente de sauvegarder les quelques macrophylla qu'il te reste! Là, c'est la raison qui parle...     






jeudi 14 août 2014

Visite des jardins de Maizicourt 2/2

Où en étais-je de ma petite promenade dans le magnifique jardin de ce château? Ah oui, je revenais du fond du bois en empruntant le sentier des oiseaux, bordé d'hydrangea...





... puis l'allée des peupliers, bordée, elle, de miscanthus.

Une petite ouverture sur la gauche nous permet d'apercevoir le clos des enfants où siège une cabane en saule tressé :

Bizarrement, une boîte aux lettres (que j'aurais bien vue chez moi!) est posée à l'entrée de ce clos.

 Une ancienne mare apparaît ensuite avec ses rhubarbes décoratives, ses persicaires, astilbes, hosta, etc...



 Après la mare, nous traversons tout le jardin de la droite vers la gauche pour visiter cette dernière partie.
Encore une bien jolie construction, mais pour les moutons, cette fois!
 Quelques rosiers sont toujours en fleur...


... que mon homme ne peut s'empêcher de humer. Il a la chance d'avoir un meilleur nez que moi.

Nous avons empruntés quelques chemins (l'allée dauphine, l'allée des buis, l'allée des sangliers, ...) mais pas pris de photo à cause de la pluie. C'était moins fleuri, de toute façon!
Petite accalmie lorsque nous atteignons le pigeonnier. Et c'est tant mieux! Regardez plutôt :




Ce ne sont pas mes couleurs préférées, mais avouez que c'est plutôt réussi! J'ai vraiment beaucoup aimé!


monardes, heleniums, hémérocalles, crocosmias, persicaires, ...




Il a bien fallu s'arracher à cette vision de rêve pour continuer notre chemin. Juste à côté, le verger de Lucie où les pieds des pommiers et poiriers sont occupés par des carrés de vivaces et bulbes, ce qui lui apporte un charme supplémentaire.

Nous redescendons vers le château par l'allée des buis qui jouxte le poulailler.


Juste avant d'entrer dans une nouvelle chambre, petite vision sur le château...

 ... pour ensuite pénétrer dans le cloître, charmant jardin entouré d'ifs dans lesquels ont été creusées des fenêtres qui rappellent celles d'une église.



vue sur un érable à peau de serpent



Après le cloître, la sortie n'est plus loin. Je me retourne, déjà nostalgique de l'endroit, pour une dernière photo du tapis vert et des écuries.

Retour à notre point de départ : l'accueil et ensuite une dernière photo des belles fenêtres de l'orangerie de l'entrée.




Et voilà, fin de cette très agréable visite! Encore une fois, je me répète, c'est un jardin que j'aurais aimé visiter un peu plus tôt dans la saison afin d'admirer les rosiers. Mais, je ne regrette certainement pas de l'avoir vu en cette saison, car les hydrangea sont omniprésents et le pigeonnier devait être à l'apogée de sa beauté.
Je vous recommande donc chaleureusement la visite de ce jardin. Avec le soleil, ça devrait être divin...