Pages

Follow by Email

mercredi 31 décembre 2014

Bonne Année 2015!


Vous qui passez par ici, ami ou anonyme, je vous souhaite une année 2015 qui vous soit douce et belle!






Votre amie, Anne-Marie.


mardi 23 décembre 2014

Les débuts du jardin

Au début, il y avait le néant... ou plutôt une grrrrrande pelouse, un vieux pommier et un vieux prunier.

la photo date de 1997; ma cadette avait un an et se faisait promener en brouette par son papa.


Je me suis lancée dans l'aventure en 2003, année de la célèbre canicule (mais ça, je ne pouvais pas le prévoir!). J'ai dessiné les contours de la plus grande plate-bande le long de la haie. J'ai passé tout le printemps, tout l'été et tout l'automne à décompacter le sol et enlever les pierres.



Pendant la canicule, le meilleur jouet qui soit : le tuyau d'arrosage! C'est la seule et unique année où la pelouse a changé de couleur.

Puis, il a bien fallu se rendre à l'évidence : c'était trop pour moi toute seule. En 2004, j'ai cogité, élaboré un plan et cherché un entrepreneur de jardin qui pourrait améliorer mon plan initial et fraiser ce sol impossible à travailler à mains nues.
C'est au printemps 2005 qu'une équipe d'ouvriers est venue fraiser le sol, l'amender et planter les arbres et les haies. A cette époque, je ne possédais pas encore d'appareil photo numérique. Donc, j'ai photographié les photos, ce qui en explique la piètre qualité. 


Là, la terre des différents parterres a été travaillée.
 Dans la partie droite, on voit encore les tas de sable de rivière à y incorporer. Des tuteurs marquent la limite des futures haies de buis. On aperçoit en fond de terrain, le trampoline de mes filles, là où se situe maintenant la mare. Le grand thuya du fond cache mon tas de compost. 


Ici, le travail de l'entreprise est terminé. Les haies de buis sont plantées, ainsi que celles de charme, moins visibles puisque pas persistantes. Les arbres sont également plantés; il suffit de regarder à côté des gros tuteurs pour les repérer.

Il ne restait plus qu'à planter! Selon le plan de plantation que m'avait remis l'entrepreneur.



 Il m'a fallu deux mois entiers pour venir à bout de toutes les plantes livrées en godets par l'entrepreneur. Dommage que je n'aie pas eu la présence d'esprit de photographier tous ces petits pots! J'ai dû travailler par tous les temps et surtout sous la pluie et le brouillard. Plus d'une fois, j'ai dû me forcer à sortir dans le jardin pour m'y remettre mais, chaque jour, je voyais  les pots vides s'empiler et les piles s'aligner sur le sol de la terrasse. C'est ça qui me faisait me rendre compte du travail accompli, car le terrain restait bien vide, même planté.
Voici quelques photos prises juste après ce gros travail de plantation :






Et me croirez-vous si je vous dis qu'un an plus tard, ça donnait ceci :





Remarquez les digitales sur toutes les photos : les graines sont remontées à la surface grâce au travail du sol et c'est l'explosion!
Depuis, bien des choses ont encore changé mais ça, c'est l'histoire commune à chaque jardinier qui, dès que c'est à son goût dans un coin du jardin, trouve que rien ne va plus dans un autre coin. Il lui faut tout transformer pour tout améliorer, encore et encore ...

dimanche 23 novembre 2014

Les belles s'essoufflent!

Les pauvres! Elles ont dû démarrer tôt, cette année et c'est maintenant le gel qui tarde à venir qui les oblige à fournir encore des efforts pour se maintenir à la hauteur de leur réputation. Les boutons sont bien là mais ils ont du mal à éclore. Certains fanent avant même d'avoir pu déployer l'entièreté de leurs corolles.
Penny Lane

Pink Serenade, rebaptisé Pink Sonnet

Westerland

Astronomia

Betty Prior

Night Owl

Cholan
  

  Il n'y a pas que les roses, quelques vivaces n'ont pas encore dit leur dernier mot, même si le discours est plutôt succinct :

l'achillée Cerise Queen

la scabieuse Tutti Frutti

un muflier pourpre...

... qui me fait encore de très beaux boutons.

Je ne résiste pas au plaisir de vous montrer le chant du cygne de l'hakonechloa aurea.

Et, pour terminer, un petit tableau surprise de mère nature :

lundi 3 novembre 2014

Dernières couleurs d'automne

La fraîcheur qui s'installe maintenant aura finalement eu raison de ce tardif été indien. La pelouse reste mouillée toute la journée, même si le soleil s'y attarde. Le moment est venu de faire provision de photos qui nous ferons patienter en rêvant ... jusqu'au printemps prochain.  

Joli jeu de lumière qui nous dévoile la délicate dentelle de cet hydrangea. 

Celui-ci reste tout beau!!!


 Une timide petite remontée pour cette astrance , tandis que ...
 ... l'armoise nous fait découvrir son insignifiante floraison (mais on l'aime pour son feuillage, pas pour ses fleurs!).

 L'orme pleureur se défait de ses dernières feuilles.

Le joli rosier 'Janet' remonte encore (la première photo de cet article, c'est lui aussi!). 


 Les couleurs face à l'entrée sont encore gaies : dans un sens ...

... et dans l'autre. 
 

Et encore un peu ! 





Les campanules poscharskyana sont des championnes de la floraison!




'Pink Serenade', toujours aussi beau!






Cynorrhodon du rosier 'Double de Coubert'. 


Les fruits de mon petit Malus

 J'aime quand les érables champêtres virent du vert au jaune, en commençant par le bas.


 Les dahlias, bien sûr, sont encore de la partie!
 







L'if et le cimifuga s'entendent, l'un pour mettre l'autre en valeur et l'autre pour éclairer ce coin un peu sombre.  



La salvia Amistad que Marie-Noëlle m'avait donnée l'automne dernier. Je l'ai bouturée et mises en pot. Il ne reste plus qu'à réussir à conserver ces boutures, or, là, j'ai du mal. C'est toujours à ce stade que je les perds. 


Vous avez déjà vu un buis qui devenait aussi rouge? C'est la première anné

 L'infatigable 'Betty Prior' qui avait fait l'objet d'un article  ici

Ca aussi, c'est de saison! Mais ici, c'est certainement parce que le sol contient beaucoup de résidus de bois, hachés par la rogneuse qui m'a débarrassé de la souche. Le bois se décompose...   

Dentelle de rosée

Encore un brave que je vais devoir rentrer si je veux le conserver. Je ne regrette pas le travail qu'il demande; il n'a pas arrêté de fleurir! (Cosmos chocolat)



En voici un dont j'aime beaucoup la couleur beurre frais. Mais ce chrysanthème est trop haut et ne se tient pas du tout. Heureusement qu'il peut compter sur les tiges souples du chèvrefeuille, dont on aperçoit les fruits, pour l'empêcher de s'écrouler.


Et, pour terminer cette série automnale, je vous présente Tigrou qui est fier de vous présenter sa robe aux couleurs de la saison :